"On est plus un public à capuche qu'à gros seins", l'interview de Bak Trak

Bak Trak balance un son electro-rock massif et industriel comme on en entend chez Jarring Effects. À l'occasion de la sortie de leur premier EP "Voltage", Chez Watt a passé un moment à tailler le bout de mogette avec Brice et Christophe, aussi débridés que leur musique.





CW : Salut Bak Trak, est ce que vous pourriez vous présenter en complétant le formulaire suivant : âge, poids, signe astrologique, métier que vous exercez dans la vraie vie de tous les jours.

Brice : Salut, j'ai 31 ans, tout nu je pèse 63 kilos, je suis verseau ascendant capricorne me semble-t-il et mon vrai métier c'est régisseur de studio de repet' dans une salle de concert en Vendée. Et dans Bak Trak, je suis à la basse.

Christophe : Moi je suis au clavier, sampler et machines, j'ai 32 ans, taureau ascendant "j'en sais rien". Et aussi paysagiste en devenir.


CW : Soyons précis, est ce que tu te pèses systématiquement tout nu ?

B : Tout à fait, après mon café mais avant d'avoir fait caca.



CW : Très bien. Quelles sont vos non-influences ?

B : On est vraiment non-influencé par beaucoup de choses… Mais en particulier toute la scène Ska vendéenne. The Voice est aussi une de nos non-influences majeure.



CW : Souvent, les groupes aiment bien taper la pose sur leur pochette d'album. On n'arrive pas a reconnaître le quel d'entre vous a posé sur la votre.



B : C'est la mère d'un pote, 50 ans de mogettes et de trouspinette, ça tue...



CW : C'est souvent le chant qui donne une autre couleur à la musique. Chez vous tout est instrumental mais s'il fallait mettre un chanteur, ce serait plutôt : Max Cavalera (Sepultura) / Pierre Scarland (Fumuj) / Pharell Williams (heu.. Daft punk ?)

B : Max Cavalera, puisqu'on sait que tu écoutes Chez Watt, on te lance un appel : c'est quand tu veux. On a aussi eu l'occasion de jouer dans le même festival que Pierre Scarland et en effet ce serait super cool de l'avoir au micro. Et puisqu'on peut dire ce qu'on veut, je dirai Beth Gibbons ou King Jun de Stupeflip.

C : Pharrell Williams, c'est un peu moins dans notre registre quand même… Je serai plus intéressé par un groupe que j'écoute énormément en ce moment qui se nomme Fantazio.

 



CW : Vous êtes clairement dans la veine Jarring Effect. Vous avez essayé de postuler chez eux ? Si oui, que faut il avoir sur son CV pour y entrer ?

B : Tout ce qu'on peut te dire c'est que visiblement envoyer des mails ou des CDs ne suffit pas. Je pense surtout que le groupe est peut être encore trop jeune… On tourne depuis un an et demi. On est un groupe de puceaux. Il faudrait sans doute plus de dates sur notre CV.



CW: C'est dur de vivre de sa musique aujourd'hui. Hadopi, c'était pas la solution… Pensez-vous que la légalisation de toutes les drogues pousserait la France à consommer plus de musique ?

B: On clôture souvent les soirées, donc notre public est archi bourré. Tout le monde apprécie le son mais compte tenu de l'heure tardive ils n'ont plus une tune pour acheter nos CDs. D'ailleurs on réfléchit à une offre promotionnelle en ce moment : pour un CD acheté, une bière offerte… ou l'inverse.

C : Pour moi, toutes les drogues sont propices à nous écouter… et j'ajouterai qu'être un peu jardinier peut aussi aider.



CW : Si on diffuse votre EP sur Radio Chez Watt, à quelle heure faut-il le passer pour l'apprécier le plus ?

B : Je pense que le matin pour aller bosser c'est parfait. Un café, une pesée et hop un petit Bak Trak dans les bouchons...



CW :  Vos morceaux doivent cogner encore plus en live... Comment on danse sur votre musique ?

B : Comme ça.

L'interview étant téléphonique, merci d'imaginer des mouvements de tête.

Cordialement,
La Direction.

B : Pour les plus fervents c'est au premier rang, la tête dans les retours en gueulant « À poil !!! ». La capuche, aussi, est facultative mais vivement conseillée… En fait c'est dans ces moments qu'on se rend compte qu'on est plus un public à capuche qu'un public à gros seins.

C : Y'a aussi le mouvement de tête de haut en bas. Très important. Et bizarrement très peu de gauche à droite.



CW : On a vraiment aimé votre EP. Pour autant on se demande à quoi va ressembler l'album. Näo, Ezekiel, Fumuj, High Tone, tous se sont diversifiés sur format long. Vous la voyez comment, la suite ?

B : On ne sait pas trop, ça se fait au fur et à mesure… mais on est souvent à fond tout le temps. Et même comme ça, le public nous demande encore de jouer plus fort et plus violent.

C : Typiquement le morceau qu'on travaille en ce moment, c'est de l'electro un peu plus lourd, et… Ouais en fait c'est possible que ça bourrine encore tout le long !

 



CW : Nous sommes le 1er Mai. Qu'est ce qu'il y a d'inscrit sur la banderolle de Bak Trak en ce jour de revendications ?

C : "Jeanne d'arc à poil !" ou non, mieux : "Faites nous jouer dans des festivals de jazz, bordel !!"

B : "Y'en a marre de la piémontaise qui pique aux concerts !" et aussi "On n'est pas végétarien, arrêtez les graines !"



CW : Quels sont vos goûts de chiottes ?

B : J'ai un peu honte mais en fin de soirée entre potes j'impose parfois les prods de Britney Spears, comme Toxic ou Slave parce qu'il faut reconnaître qu'elles sont hyper bossées. Et en tant que trentenaire Ace of Base, évidemment.

C : Dans le genre honteux, j'avoue que j'aime bien les Guns'n'Roses qui, pour les metalleux, sont vraiment perçus comme un groupe de péteux.



CW : Ce qui est en revanche appréciable pour les amateurs de mogettes. Dernière question : êtes-vous bien attentifs ?

B : Ha, je vois que vous avez écouté tout l'EP, c'est bien. Ce sample est dans le dernier morceau. Pour la petite histoire cette phrase est tirée du film "Le Prestige" et on l'a choisie parce que… Y'avait pas de musique de fond et que c'était beaucoup plus simple à sampler... D'ailleurs je demande officiellement aux producteurs de film de faire des bandes son a cappella, merci.



CW : On se termine sur un peu de promo, allez. Vos prochaines dates ?

B : Alors on sera le 7 juin à Daon en Mayenne, au Festival Bout de ficelle avec une belle programmation et le 14 juin à Clisson, juste avant le Hellfest.



CW : Vous pourriez nous imaginer un slogan made in Bak Trak pour Chez Watt ?

C : Si vous voulez vous trakifier les oreilles, écoutez Bak Trak sur radio Chez Watt !
B : Écoutez Chez Watt parce que ça claque !



CW : Merci les gars, on se fait une mogette à l'occasion !

Et si vous voulez faire les choses correctement, l'EP est disponible sur 1d-paysdelaloire. Feu !

 

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS