Interview de Lehna - Folk me I'm famous

Mercredi 14 mai 2014, Radio Chez Watt était au concert de Lehna au Buzz, 106 bd de Belleville dans le cadre de la soirée « Folk me I’m famous ». Bonne programmation, bière pas chère et serveurs sympas. Les conditions sont réunies pour se frayer un chemin à travers la foule et découvrir Lehna en live, avant d’aller l’embêter avec quelques questions.

 

 

 

RCW : Votre formation c'est toi au chant, accompagnée d'une guitare, une batterie, une contrebasse, et une flute. Pourquoi pas de triangle ?

 

Lehna : Il y a du triangle dans l'album ! Le problème c'est que personne n'a 3 bras, sinon c'est sûr qu'on mettrait du triangle car cet instrument, contrairement à ce qu'on pense, est essentiel à énormément de grands ensembles.

 

RCW : Donc vous avez l'ambition de créer de grandes pièces symphoniques folk ?

 

Lehna : C'est sûr que si un jour on a un orchestre, le triangle aura une place prépondérante. En fait le problème c'est que moi à la base, je suis violoniste, mais si je veux en jouer, faut que je lâche la guitare. Du coup je lance un appel : on cherche un/une guitariste sympa qui veuille bien faire ce que je fais, même en mieux, pour que je puisse jouer du violon.

 

RDW : C'est une très bonne transition vers la question suivante : tu es partie de tes compos, et tu as trouvé des gens pour jouer avec toi et travailler les arrangements... pourquoi tu n'as pas plutot samplé les autres instruments et continué toute seule sous les feux des projecteurs ?

 

Lehna : Ce que je vais dire est complètement cliché mais… Tout mon parcours de musicienne c'est vraiment des rencontres humaines à chaque fois. Avec ce groupe, je ressens qu'on a un vrai truc. C’est de l'amitié et de l'écoute. Donc c'est pas du tout ma démarche de me retrouver toute seule sur scène avec des samples de partout, des loops et des pédales en mode panique « merde, c'est quelle pédale ? »

 

 

RCW : Donc annonce aux auditeurs de Radio Chez Watt : recherche un ou une guitariste. Le sexe on s'en fout ?

 

Lehna : Oui il peut être bisexué, il peut même avoir 3 ou 4 sexes, du moment qu'il/elle écoute, qu'il/elle est sympa et qu'il/elle aime bien la musique, et aussi le cuir bleu (elle regarde sa veste), y’a pas de soucis.

 

RCW : Très bien. Sans transition cette fois, tu as fait une souscription, sur un site de crowdfunding qu'on ne nommera pas pour ne pas lui faire de pub...

 

Lehna : Ça parle de gang bang...

 

RCW : C'est ça. Tous les sexes sont bienvenus sur ce site aussi. Et ça a marché, vous avez pu enregistrer l'album « Valparaiso Bay » qui sortira fin juin. Du coup pourquoi ne pas faire une autre souscription à tes fans, pour t'acheter plusieurs guitares, et éviter de te raccorder entre chaque morceau ? Et puis ça t'éviterait d'avoir à trouver quelque chose à dire au public pendant les transitions ?

 

Lehna : C'est vrai que c'est sympa de dire 2 ou 3 choses rigolotes. C'est juste que ça ne me vient pas, alors que je suis une énorme bavarde dans la vie réelle, enfin dans l'autre vie... Non le problème c'est que j'ai l'impression de passer ma vie à demander de la thune aux gens, donc stop ! Je vais me payer moi même mes guitares accordées !

Je pense même avoir bientôt une guitare fabriquée en calebasse, par un copain Jean Clément Grisard (petite pub!), y compris une guitare électrique – ça me ferait trop tripper d'avoir une petite Telecaster, là (elle en dessine les courbes avec les mains). Voilà ça c'est mon rêve, et cet été je fantasme un peu sur le temps que je pourrais avoir pour explorer d'autres sons, aussi avec ma vieille grosse Martins (une guitare américaine énorme avec un son hyper mat). Bref, je peux faire évoluer plein de choses, j'ai de la marge.

 

RCW : J'ai une question qui m'a été suggérée par un proche de Radio Chez Watt qui ne t'a pas encore écoutée, mais qui a été inspiré par ce que je lui ai dit : pendant le processus d'écriture, comment est ce que tu valides les éléments de ponctuation ?

 

Lehna : Je doute beaucoup sur le point, en général, j'ai une espèce d'envie d'ouverture permanente et ce point final me pose problème, ce qui fait d'ailleurs qu'il n'y en a pas.

Des virgules à peine, des points d'interrogation y'en a, parce que je doute beaucoup, et des points d'exclamation y'en a pas mais ils sont suggérés par la musique.

 

 

RCW : Une autre question d'une personne très impliquée dans la radio et qui a une question qui mêle économie participative et musique : est ce que tu serais prête à partager ta musique gratuitement ?

 

Lehna : Ah oui.

 

RCW : Avec un SDF ?

 

Lehna : Alors avec un sdf, oui. Limite là tout de suite, on serait à coté de chez moi où il y a une troupe de sdf de ouf, je prendrais ma guitare et je leur jouerais une petite berceuse avec plaisir ! Mimi, c’est pour toi !

 

RCW : avec un partisan du FN ?

 

Lehna : Ça se complique un peu, là, avec le FN... mais je pense à ce film où la nana couche avec des mecs de droite pour les convertir (Le nom des gens – NDLR), alors pourquoi pas, je me dirai « ok, si vous chialez, vous devenez de gauche ». Et je suis plutôt douée pour faire chialer...

 

RCW : et avec le Père Noël ?

 

Lehna : Pourquoi pas, mais je voudrais pouvoir jouer dans un endroit où il fait chaud, au coin de la cheminée par exemple. Je veux bien donner aux enfants, mais pas me taper la tournée sous la neige.

 

RCW : D'ailleurs on m'a dit que tu joues pas mal dans la rue quand tu voyages ?

 

Lehna : Oui, carrément, mais avec le violon. J'ai un oncle qui est mon mentor en violon, qui me l’a fabriqué, qui est quelqu'un qui a appris tout seul à jouer de cet instrument, et surtout qui a appris en faisant la manche. Et effectivement qui m'a complètement transmis ce goût de la manche. T’arrives, tac tac, tu te mets dans un endroit, tu poses ton violon, t’ouvres ta petite boite, et tu te mets à jouer. J'ai des souvenirs de ouf, j'ai rencontré des gens hallucinants en Andalousie. J'ai aussi pas mal fait la manche à New York en 2008, où je me suis vraiment éclatée, j'avais repéré un endroit où les gens attendent sur l'embarcadère pour Ellis Island, en bas de Manhattan. Là les gens n'ont que ça à faire pendant 2h, y’a toutes les nationalités. Je suis sur je ne sais pas combien de vidéos d'indiens, de japonais...

 

J’avais un répertoire musique trad d’un peu partout : russe, Balkans, klezmer, irlandaise... avec Ellis Island derrière moi, ça faisait un peu Titanic, l'Irlandaise qui débarquait. J'ai gagné plein de thunes d'ailleurs ! En France par contre les flics te font chier.

 

 

RCW : Il y a 7 titres sur l'album « Valparaiso Bay », et ce soir vous avez joué un inédit. Est ce que vous avez beaucoup de morceaux sous le coude comme Michael Jackson qui en avait assez pour faire 5 albums posthumes ?

 

Lehna : Quand j’aurai prévu de me suicider, et du coup de léguer des albums posthumes, je te le dirais. Parce qu'il faut vraiment que Radio Chez Watt ait l'exclusivité de cette information !

Sinon je suis une énorme fan de Michael, le 1er disque que je me suis acheté coutait 180 francs, et c'était le double album History...

Sinon je ne suis pas sure d'avoir l'inspiration de Michael Jackson, donc je ne pense pas que j'écrirai autant de chansons que lui. Ceci dit j'y aspire, et on va travailler pour !

 

RCW : Merci Lehna !

 

Vous pouvez retrouver Lehna sur sa page Facebook et en apprendre plus sur ce premier album sur Kiss Kiss Bank Bank.

 

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS